Handicap

“Je me rappelle que quand je suivais mes cours de licence, je montais tout seul jusqu'au 4e étage”

Posé, réfléchi, Khadim Talla a de l’assurance à revendre. Responsable informatique et TICS à la Direction de la Cinématographie, Président-fondateur de handicap.sn, il collectionne les éloges et les récompenses : il vient de remporter le 2ème prix national du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient (POESAM) pour son projet “inclusionjob”, une application web permettant aux personnes handicapées d’accéder à un emploi décent.  

Je m’appelle Khadim Rassoul Talla et je suis un handicapé avec deux béquilles. J’ai commencé ma scolarisation au centre Talibou Talla puis je suis passé au CEM Talibou Dabo. Après cela, je suis allé dans des écoles privées, notamment le groupe Ma Sha Allah, et plus tard, le groupe BEM Dakar où j’ai eu ma licence en ingénierie financière et digital business.

“Je m’étais promis d’apprendre un métier spécifique, en plus de ma formation de base.”

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai eu à faire des stages dans des banques, des institutions financières et même des agences de communication. Mais, durant tout ce temps, je continuais à faire des formations en cours du soir car je m’étais promis d’apprendre un métier spécifique, en plus de ma formation de base. C’est dans cette optique que j’ai eu à faire de la maintenance informatique, de l’infographie et un renforcement en communication digitale.

“Je me rappelle que quand je suivais mes cours en licence, je montais tout seul jusqu’au 4ème étage.”

Mon handicap ne m’empêche pas d’avoir une vie normale et de faire tout ce que j’ai envie de faire. Je pense que cela vient principalement du fait qu’étant petit, je n’ai pas été contraint à me cacher ; j’avais une enfance normale, je jouais au foot et on faisait beaucoup de sport avec mes amis. Aujourd’hui, je travaille au niveau de la direction de la cinématographie qui est une branche intégrée au Ministère de la Culture.

Aussi, mon équipe et moi avons pris la deuxième place du prix Orange, j’étais le seul handicapé du groupe. Tout ça pour dire que le handicap n’est pas un frein mais une force et une motivation de plus pour être capable de faire tout ce qu’une personne non handicapée peut faire. Mon handicap ne m’a donc jamais empêché de faire les choses comme je le souhaite : je fais mes courses, je conduis tout seul et je suis également indépendant au niveau professionnel. D’ailleurs je me rappelle que quand je suivais mes cours en licence, je montais tout seul jusqu’au 4éme étage.

“Ce que je demande aux parents qui ont un enfant handicapé, c’est de l’aider en le scolarisant.”

Ce que je demande aux parents qui ont un enfant handicapé, c’est de l’aider en le scolarisant parce qu’il n’y a que les études qui l’aideront à façonner son avenir plus tard. En allant à l’école, il pourra réussir sa vie et avoir une place importante dans le pays. Et aux enfants handicapés, je veux juste leur dire que le handicap, ce n’est rien. Cela ne les empêchera pas d’être quelqu’un ou d’accomplir de grandes choses. Il faut juste qu’ils soient très forts et courageux parce que cela peut être difficile mais, In Sha Allah, un jour viendra où ils auront une grande satisfaction.

#DaanSaLaago

#nitmoylepp

Découvrir
plus d’histoires

Numérique

“Quand tu es parent, ton seul souci est de te battre pour offrir une vie digne à tes enfants”

Numérique

“Révolutionner le monde
de la santé.”

Numérique

“Aujourd’hui je gagne,
demain je perds, c’est la vie.”

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email