Handicap

Petite Enfance : Je m'appelle Mariama Cissé et j'ai 11 ans.

Mariama n’a que 11 ans mais elle a déjà tellement vécu ! L’écouter raconter son histoire avec sa voix douce et fluette est une expérience boulversante qui nous ferait presque oublier que derrière cette jeune fille d’apparence fragile se cache sa force de caractère.

Salam Aleykum. Je m’appelle Mariama Cissé et j’ai 11 ans.

J’ai fait une chute et je suis tombée sur la main. Après cela, ma mère m’a amenée chez un guérisseur pour qu’il me fasse des massages. Après plusieurs séances, ma main ne guérissait toujours pas ; alors on m’a amenée en Gambie pour me soigner mais ma main ne guérissait toujours pas. Ma famille a pris la décision de m’amener à Saint-Louis pour avoir un autre diagnostic. Une fois à Saint-Louis, ils ont dit qu’il fallait opérer ma main. Le médecin nous a conseillé de nous rendre à Dakar. C’est à l’hôpital de Fann que j’ai finalement été amputée du bras et ils l’ont soigné jusqu’à ce que ça guérisse.

“Quand je vois quelqu’un arriver, je m’empresse de prendre un foulard pour me cacher afin qu’ils ne sachent pas que mon bras a été amputé”

Quand mes RDV sont éloignés, j’ai le temps d’aller au Saloum chez ma grand-mère et de rester là-bas un peu. Là-bas, je ne sors jamais pour jouer, je reste toujours à la maison. Quand je vois quelqu’un arriver, je m’empresse de prendre un foulard pour me cacher afin qu’ils ne sachent pas que mon bras a été amputé. Quand les enfants sortent pour faire des courses, j’attends leur retour pour pouvoir jouer avec eux. 

“Je prie Dieu pour recevoir ma prothèse au plus vite, que je puisse recommencer à jouer et à me laver toute seule”

J’ai reçu de l’aide pour pouvoir obtenir une prothèse mais je ne l’ai pas encore. Je prie Dieu pour pouvoir la recevoir au plus vite, que je puisse recommencer à jouer et à me laver toute seule. Aussi j’irai jouer au basket, je ferai des études et je deviendrai médecin.

J’en profite pour remercier toutes les personnes qui se donnent à fond pour me donner une prothèse ainsi que le personnel médicalqui me suit depuis le début. Ce qui m’arrive est aussi arrivé à d’autres personnes dans l’hôpital dans lequel j’étais, mais j’espère qu’il n’y aura plus de cas identiques. Et si cela arrive, j’espère qu’ils pourront s’en sortir en allant voir des médecins expérimentés au plus vite parce qu’ils sauront exactement quoi faire. Je sais qu’il y a beaucoup de victimes de ce genre : certains ont été amputés du pied, d’autres du bras etc. Il y avait beaucoup d’autres cas à l’hôpital où j’étais. Je m’estime chanceuse d’aller mieux et je sais qu’ au-delà de tout, cette maladie est une épreuve de Dieu et In Sha Allah, tout ira pour le mieux par la suite.

#DaanSaLaago

#nitmoylepp

Découvrir
plus d’histoires

Numérique

“Quand tu es parent, ton seul souci est de te battre pour offrir une vie digne à tes enfants”

Numérique

“Révolutionner le monde
de la santé.”

Numérique

“Aujourd’hui je gagne,
demain je perds, c’est la vie.”

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email