Handicap

Amadou Mactar Diallo : je suis technicien en architecture et HandiBasketteur

De la force, El Mactar Diallo en a à revendre. De la force physique bien sûr, il est handi-basketteur professionnel, mais aussi une force de caractère car, malgré le handicap, il mène également une brillante carrière de technicien en architecture. quand il ne joue pas sur les terrains. Une double casquette pour un homme prêt à relever tous les défis.

Je m’appelle Amadou Mactar Diallo. Je suis technicien en architecture et handi-basketteur.

C’est vers l’âge de 6-7 ans que je suis devenu handicapé. Non pas par accident mais à cause d’une piqûre. Comme j’étais enfant, je ne pouvais pas me rendre compte des conséquences. Mais Dieu m’a aidé parce que depuis lors, comme j’ai grandi dans un quartier populaire, je n’en ai jamais fait un problème.

“Au début, cela m’intriguait de savoir comment conduire le fauteuil et tenir le ballon en même temps (…) c’est justement cela le charme du handi-basket.”

Avant, j’aimais beaucoup le foot. Mais au fil du temps, je me suis rendu compte que mon handicap ne me permettrait pas de poursuivre dans le football. C’est alors que j’ai rencontré des gens qui m’ont suggéré de pratiquer le basket. Ils m’ont convié à une réunion au cours de laquelle ils m’ont expliqué comment cela se passe, et ils m’ont donné un fauteuil roulant, puis un ballon. Au début, cela m’intriguait de savoir comment conduire le fauteuil et tenir le ballon en même temps. Ils m’ont répondu que c’est justement cela le charme du handi-basket.

En dehors du sport, j’ai aussi ma carrière professionnelle. Comme je vous l’ai déjà dit, je suis dans le secteur des BTP. Ce n’est pas donné à tout le monde non plus parce que cela demande certaines aptitudes physiques et qu’il y a beaucoup de risques à travailler dans les chantiers de construction. J’ai commencé en tant qu’ouvrier dans les chantiers. Quand je venais avec mes béquilles, les gens me regardaient. Lorsque je marchais, certains venaient m’aider, croyant que j’allais tomber. Je leur disais que ce n’était pas la peine, que je pouvais me déplacer seul.

Quand je vivais ce genre de choses, je me motivais encore plus.

“Quand je vais dans des bâtiments publics (…) la plupart ne sont pas aménagés pour les personnes à mobilité réduite (…) cela fait partie des combats qui me tiennent à coeur.”

Je considère que le handicap dont les gens parlent n’en est pas un pour moi parce que je fais tout ce que j’ai besoin de faire.

Tout le monde sait que quand on est handicapé, on a des problèmes pour se déplacer. Parfois il faut bousculer un peu les gens pour gagner sa place dans les bus. Au départ, j’avais ce genre de difficultés. Mais je ne pouvais pas me permettre d’être en retard alors que j’avais la chance d’intégrer une société. Je profite d’ailleurs de l’occasion pour remercier ceux qui m’ont accueilli dans leurs entreprises. Car ce n’est pas évident pour un handicapé qui a ses diplômes de ne pas avoir le même niveau de chance à l’embauche qu’une personne non handicapée du même niveau d’études.

“Ce n’est pas acceptable de voir un athlète international, qui porte les couleurs nationales, tendre la main dans la rue.”

Quand je vais dans des bâtiments publics comme les banques, les stations-services et les restaurants, je constate que la plupart ne sont pas aménagés pour les personnes à mobilité réduite. C’est un problème et cela fait partie des combats qui me tiennent à coeur.

Aussi, il y a beaucoup de mes semblables qui sont des athlètes comme moi que je croise dans la rue en train de mendier. Ce n’est pas plaisant à voir. Ceux qui nous dirigent doivent faire quelque chose. Ce n’est pas acceptable de voir un athlète international, qui porte les couleurs nationales, tendre la main dans la rue. L’appel que j’ai à lancer s’adresse aux parents. Ils doivent soutenir leurs enfants pour que la société puisse les considérer. Ils doivent les aider à étudier, à pratiquer une discipline sportive. Voilà l’appel que je lance aux parents : soutenez vos enfants pour qu’ils croient en eux.

#DaanSaLaago

#nitmoylepp

Découvrir
plus d’histoires

Numérique

“Quand tu es parent, ton seul souci est de te battre pour offrir une vie digne à tes enfants”

Numérique

“Révolutionner le monde
de la santé.”

Numérique

“Aujourd’hui je gagne,
demain je perds, c’est la vie.”

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email